L’histoire du tabac

0
315

Le tabac est une culture populaire depuis des siècles, et il est facile de comprendre pourquoi. Le tabac est une plante extraordinairement polyvalente, qui pousse dans pratiquement toutes les conditions de climat et de sol. C’est également une plante très rustique qui peut résister à la sécheresse, aux inondations, aux vents violents et même aux insectes.

Fumer existe depuis des siècles et était autrefois considéré comme un signe de richesse et de sophistication. Décrié par tous les professionnels et les magazines de santé, c’est pourtant devenu phénomène de société au fil du temps.

Sommaire

Les premières années

Quand en 1492 Christophe Colomb aborda le sol d’Amérique, il y trouva des indiens inhalant de la fumée à partir de rouleaux de feuilles séchées. Ces feuilles provenaient d’une plante inconnue en Europe à cette époque: le tabac. Par curiosité, les marins voulurent faire comme les indiens. Ils se mirent donc à gouter ces volutes enfumées et… ils apprécièrent cela. Le cohiba (nom indien) que les indiens fumaient dans un tuyau appellé tobacco est devenu le tabac qui a envahi toute l’europe.

Mais ce seront les navigateurs hollandais qui rapporteront les premières graines de cette plante étrange en Europe. La Belgique fût quand à elle, le premier territoire à en porter les plants cultivés. Le tabac commencait donc à s’installer dans les habitudes. Mais sa popularité va devenir plus grande quand il va prendre dans l’opinion publique, le statut d’une plante médicinale. De nombreux témoignages font état de ce que la poudre de tabac guérit les blessures. Jean Nicot, alors ambassadeur de France au Portugal en rapporte à Cathérine de Médicis qui souffrait de migraines répétées. Le remède fait effet. Certains médecins tels que Ambroise Paré, le prescrivent à leurs patients. Et le tabac fut surnommé l’herbe qui guérit tout.

Une expansion continue

A l’époque napoléonnienne, le tabac existe sous des formes diverses: poudre, onguent, boisson, emplatre, et est aussi fumée. Par la suite, la consommation du tabac devint un simple plaisir. Malgré l’interdiction de Louis XIII au peuple d’en user pour des raisons non médicales, l’usage du tabac devient le symbole d’un style de vie.

La plupart des nobles adoptent ce style et emportent leur ration journalière quand ils se déplacent. Les boites deviennent des objets raffinés conçus selon les évènements (visites, chasses, cour, etc).

Des tentatives ratées pour freiner son expansion

Il y eut cependant de nombreux monarques qui tentèrent de freiner cette expansion du tabac. Aux Indes par exemple en 1607, le Grand Moghol faisait couper les lèvres à tous ceux qui osaient fumer. En Turquie, Murat IV décréta la condamnation à mort de tous les fumeurs. Michel III de Russie lui, leur faisait couper le nez. Mais la consommation du tabac a su résister à toutes ces mesures draconiennes.

Comme tous les produits entrainant une dépendance psychologique, il est plus facile de commencer à les consommer que de se défaire de leurs influences. La preuve: même aujourd’hui ou le tabac a perdu toute valeur mythique et ou on connait bien ses méfaits, il continue de subjuguer des millions de personnes à travers le monde.