Quelle est la durée de sommeil idéale ?

0
136

Le sommeil, qui fait partie intégrante de notre routine quotidienne, est essentiel au maintien du bien-être général. Malgré son importance, de nombreuses personnes éprouvent des difficultés à comprendre le temps de repos nécessaire. Bien que le dicton commun suggère que 8 heures est le chiffre magique, la durée optimale du sommeil varie largement selon les différentes étapes de la vie. Voici une analyse plus approfondie de la quantité de sommeil indispensable pour être en bonne santé et des légendes qui peuvent altérer les habitudes de sommeil.

Sommaire

La sieste : la recharge et la perturbation des habitudes de sommeil

Contrairement à certaines idées reçues, la sieste n’est pas intrinsèquement néfaste. En effet, une courte sieste de 20 minutes peut être bénéfique, en particulier pour les personnes qui rattrapent un retard de sommeil, en fournissant un regain d’énergie rapide sans provoquer d’état de somnolence. En revanche, des siestes régulières et plus longues peuvent potentiellement perturber les habitudes de sommeil nocturne. Il existe des variations culturelles, comme la « sieste » de l’après-midi communément pratiquée dans certains pays, qui correspond à la baisse d’énergie naturelle de l’organisme après le déjeuner.

Le concept d’entraînement au sommeil est largement erroné.

De nos jours, le concept de développement personnel qui repose sur une durée de sommeil inférieure aux 7 à 9 heures préconisées est une erreur largement répandue. En réalité, le corps humain nécessite suffisamment de sommeil pour fonctionner de manière optimale. Loin d’être une méthode viable d’amélioration de soi, la pratique de l’entraînement au sommeil dans l’intention de réduire le repos nécessaire peut produire l’effet inverse, en nuisant aux fonctions cognitives, à l’équilibre émotionnel et à la santé en général. En conséquence, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé doivent être encouragées à adopter un mode de vie qui respecte le rôle irremplaçable d’un sommeil adéquat dans la croissance et le bien-être de l’individu.

La fatalité liée à la privation de sommeil

De nombreuses personnes pensent qu’un manque de sommeil extrême peut être mortel, mais peu de preuves confirment cette affirmation chez l’homme. Malgré son caractère éprouvant, la privation de sommeil ne s’est pas révélée directement mortelle. Cependant, les risques indirects, tels que l’augmentation de l’incidence des accidents et la contribution à des conditions de santé chroniques, soulignent la gravité d’un manque de sommeil régulier. L’insomnie familiale fatale, une maladie rare, ajoute à la complexité de l’histoire du manque de sommeil, la neurodégénérescence étant la cause ultime du décès plutôt que l’insomnie elle-même.

Les dangers d’un sommeil excessif

Dans le domaine de la santé et du bien-être, le sommeil occupe souvent le devant de la scène, la majorité des gens supposant que plus de sommeil équivaut à une meilleure santé. Cependant, cette hypothèse n’est pas tout à fait exacte. Il existe une limite optimale à la durée du sommeil, et son dépassement peut être à l’origine de toute une série de problèmes de santé. Selon les recherches, les périodes de sommeil prolongées sont liées à un risque accru d’obésité et peuvent même entraîner une diminution de la durée de vie. La préservation du bien-être nécessite l’établissement d’un rythme de sommeil équilibré, qui ne soit ni inférieur ni supérieur à la durée recommandée.

Les rythmes de sommeil des animaux

Souvent, l’homme projette ses propres habitudes de sommeil sur le règne animal. Cependant, toutes les espèces n’adhèrent pas au modèle de sommeil bien connu de l’homme. Certains animaux ne dorment pas du tout, surtout pendant les périodes difficiles telles que pendant les migrations ou après l’accouchement, sans accumuler de « dette de sommeil ».

La durée de sommeil optimale à chaque étape de la vie

Les exigences en matière de sommeil évoluent avec l’âge, reflétant les besoins physiologiques et développementaux changeants de notre corps. Dans les lignes ci-dessous, sont présentées les recommandations générales pour chaque étape de la vie :

• Nouveau-nés (0-3 mois) : 14 à 17 heures par jour

• Nourrissons (4-11 mois) : 12 à 15 heures par jour

• Tout-petits (1-2 ans) : 11-14 heures par jour

• Enfants d’âge préscolaire (3-5 ans) : 10-13 heures par jour

• Enfants d’âge scolaire (6-13 ans) : 9-11 heures par jour

• Adolescents (14-17 ans) : 8-10 heures par jour

• Adultes (18-64 ans) : 7-9 heures par nuit

• Adultes plus âgés (65 ans et plus) : 7-8 heures par nuit

Le sommeil sain devrait être un objectif prioritaire

Dans une société peu propice au sommeil, caractérisée par l’omniprésence d’écrans et de notifications, un sommeil de 7 à 9 heures peut s’avérer décourageant. Les conséquences d’un manque de sommeil récurrent et les répercussions d’un excès de sommeil sont importantes. Pourtant, la prise de mesures délibérées et systématiques en faveur d’un environnement propice au sommeil et d’un horaire de sommeil stable est d’une importance capitale. Il s’agit d’un véritable rempart contre le tumulte, qui garantit non seulement la quantité, mais aussi la qualité de notre sommeil, pilier de notre bien-être physique et psychologique.